Développement durable

Depuis 1998, l’ASAMA mène des actions auprès des communautés à tradition de masques, pour la diffusion d’un paquet technologique en matière d’agriculture durable en vue du renforcement des capacités de ces communautés.
La sauvegarde de l’environnement en appuyant les communautés dans la préservation et la régénérescence du couvert végétal utilisé dans les pratiques du masque, est aussi un axe majeur des actions de l’ASAMA sur le terrain.

La Stratégie de sauvegarde des masques 2015 – 2020 de l’ASAMA, prévoit l’aménagement d’une cinquantaine de Centre de promotion de la nature afin de créer des espaces sécurisés exclusivement consacrés à la restauration des espèces végétales utilisées dans la pratique du masque (Khaya senegalensis « caïlcédrat », Parkia biglobosa « néré », Tamarindus indica « tamarinier », ect.). La plupart des espèces promues dans ces centres figurent sur la liste des 23 espèces forestières bénéficiant de mesures de protection particulière au Burkina Faso. Ces centres visent à apporter une réponse à la rareté des espèces utilisées dans les pratiques du masque africain et qui pourrait constituer une contrainte à long terme pour l’apparition des masques.

Ces centres ont pour vocation de servir également de forêts pour l’éducation environnementale des enfants dans les différents villages mais également pour la sauvegarde des autres espèces végétales rares.
Ces centres prévoient également un espace pour jardin récréatif pour le village et pour les voyageurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *